Mon voyage au Japon

Je suis vivante !

Bordel j’ai survécu. 2 x 13h d’avion je me sens invincible.

Maintenant que je suis rentré, que je suis revenu entière, que j’ai esquivé toute les catastrophes naturelle qui se sont passés pendant que j’y étais, je peux vous en parler ! Parce que oui les catastrophes naturelles je pensais qu’on pouvait en croiser, mais autant, non. Tremblement de terre, typhon au pluriel, éruption volcanique, mais tel un skieur de slalom et qui ne voit pas les portes qu’il évite, on a rien vu.

2014-09-08 08.52.22

Nous sommes donc passé par Tokyo, Kyoto, Hiroshima, puis re Tokyo.

Je passerais sur le calvaire des différents vols, même si a l’aller on a finalement pas mal évité les turbulences comparé au retour chaotique où j’ai serré les fesses pas mal de fois. Malgré ça, le retour s’est fait sans tremblement intempestifs, incontrôlable et finalement douloureux de mes jambes … Y a du mieux !

Arrivé a Tokyo, sans avoir réussi a dormir dans l’avion, on est directement plongé dans le bain avec le train et le métro tokyoïte. Tout ce que je voulais c’était poser les valises, dormir, me rafraichir et un peu dormir aussi. Sauf qu’il était 10h du matin là bas, donc dodo interdit. Il faisait extrêmement chaud, avec un pourcentage d’humidité insolent, autant vous dire que j’étais loin d’être fraiche. Du coup mon bonheur d’être sur le sol japonais n’était pas du tout visible.

Outre le fait que quand nous sommes arrivé a Kyoto, la terre tremblait a Tokyo, et que quand on est revenu a Tokyo, un typhon s’abattait sur Kyoto (je vais finir par croire en un être supérieur protecteur), tout s’est bien passé. En fait, ça a toujours plus ou moins été comme ça. On était a chaque fois au bon endroit au bon moment, a la minute près. Des qu’on arrivait devant un guichet ou un restaurant, la foule arrivait derrière nous et provoquait une longue attente. C’était bien cool.

Alors je vais essayer de ne pas trop vous embêter avec les details, et essayer de privilégier les photos aux grandes descriptions. Je dois avouer que je n’ai pas trop réfléchis a ce que j’ai pris en photo ou non. J’ai pris que j’ai trouvé beau, insolite, bref ce que je voulais garder en mémoire pour le reste de ma vie. Il y a des choses que je regrette de ne pas avoir pris, d’autre que je suis sur le point d’effacer n’en voyant plus l’intérêt. Il faut dire que parfois il fallait faire vite, ou prendre des photos volés (paaaas biiiiiien !), pas toujours facile la vie de touriste. Je vous présente mes photos préférés, celles qui me rappellent le plus de choses.

Alors c’est parti.

Japan 2014Descendu du Monorail qui nous emmène de l’aéroport au métro de Tokyo, je suis déjà perdue. Entre la fatigue, la chaleur, l’humidité et tout ces Kanjis, je sentais que ça allait être folklo, et je suivais mon meilleur ami a la trace. Je ne voulais pas m’éloigner de plus de 2 mètre, c’était assez stressant. Assez vite j’ai compris le fonctionnement du metro et des trains, et j’ai pu marcher d’un pas plus leger et avec plus de confiance.

P1010180 P1010269

Japan 2014

IMG_20140909_065944

Arrivée au premier hotel, le Kimi Ryokan. Ryokan bien connu des touristes étrangers puisque c’est un sacré bon plan. Prix minime et prestation très correcte. Pour une première approche de l’intérieur japonais, des tatamis et du « enlève tes chaussures », c’est plutôt joli non ? Autant vous dire que là, on est soulagé d’être arrivé, de pouvoir poser les bagages bien imposants. La dernière photo, c’est la vue que l’ont avait de la terrasse du 5° étage.

2014-09-20 18.57.08

Non loin du Kimi Ryokan, les meilleurs sushi qu’on ai ingurgité.  Même le calamar que je déteste, je l’ai pas laissé. Il n’en était pas question, c’était vraiment trop bon. Et vous vous en doutez, ça ne coutait presque rien.

Japan 2014

Japan 2014Le premier jour, on était pas vraiment en état de faire du tourisme, a part peut être dans la fabrique nationale d’oreillers et de climatiseur. Malgré tout, on est parti a l’aventure vers mon premier temple. Y avait des chats, des étudiants en uniforme typique, un Bouddha, c’était beau, c’était calme, c’était zen, je n’étais pas en état d’être enthousiaste mais le cœur y était. Heureusement, des le lendemain, c’était fini et on était juste un poil fatigué, comme si on avait passé une mauvaise nuit.

Japan 2014Le truc super sympa au Japon, c’est qu’il est strictement interdit de fumer dans la rue. On a vu des récalcitrants, mais vraiment peu. On a du en voir 3 en 3 semaines, et ils se cachaient plus ou moins. Mais comme souvent, les japonais ont pensé a tout, et ont placés des fumoirs un peu partout. Il faut les chercher, parfois longtemps, mais ils sont indiqués sur les plans. Il y en a des tout simples, des moches, des beaux, des pleins de verdures, des abrités, ou pas, bref y en a de toutes sortes. Ci dessus un fumoir intérieur en haut du premier point de vue où on est monté. C’était tout simplement une mairie. Une mairie qui d’après la légende typiquement japonaise, serait en fait un Transformer endormis (rapport avec la forme des building qui forment effectivement des éléments d’un transformer, mais que vous ne verrez pas puisque ça fait parti des chose que j’ai oublié de prendre en photo …)

Japan 2014 Ici le point de vue de cette fameuse mairie, qui me dit « Bon bienvenu, mais t’as pas intérêt a te perdre, c’est pas Albi là ! ». On ne voit bien sur pas la moitié de Tokyo sur cette photo. L’immensité de cette ville n’est tout simplement pas descriptible, et je pense que seule une vue véritablement aérienne peut a peu près montrer la chose.

Japan 2014Hachiko ! Le célèbre chien qui a attendu son maitre a la gare de Shibuya même après sa mort, qui est donc devenu un symbole de fidélité, et qui a eu droit a sa statue et a sa longue file d’attente pour poser avec lui. Je n’ai pas vu l’interet de poser avec, avoir une photo de lui était amplement suffisant pour moi. Si elle n’avait pas été flou ça aurait était bien par contre … On en fait tout un plat mais en fait c’est petit, en plein milieu d’un minuscule lieu de pose (voyez la tronche de la pause quand vous voyez les « bancs » sur la photo), entre la sortie du métro et un fumoir.

Japan 2014 Non loin d’Hachiko, un petit café qui me rappelle ma petit vie de blogueuse au milieu de ce voyage dépaysant. L’Occitane Café, au dessus d’une grande boutique L’Occitane. Ils nous avaient caché ça. Peut etre a cause du gros Hello Kitty au dessus ? Comme je les comprends.

Japan 2014En parlant d’Hello Kitty … J’imaginais bien qu’ils en était fou là bas (bon en même temps ils sont tellement fou de tellement de choses différentes), mais pas au points d’avoir des boutiques dédiées. C’est pas des petites boutiques en plus, elles sont immenses et bien fournies.

Japan 2014Tout autre chose maintenant, un de mes meilleurs souvenirs du voyage, c’est la politesse et les courbettes et l’organisation. Il y parfois des gens qui ne sont là que pour guider une file vers un guichet, ou vers un taxi, ou nous accompagner sur 2 mètres. Là, la dame était là pour nous faire rentrer dans l’ascenseur, et nous a fait la première vrai courbette que j’ai pu voir. Prise sur le fait, c’est une de nos photos volées, qui n’est ni nette, ni cadrée, mais tellement belle a nos yeux.

  Japan 2014 Souvent, pour voir des temples il faut le mériter … Des marches, toujours des marches, glissantes, petites, a peine praticables pour certaines. On sent l’ancienneté de la chose. De toute façon quand c’est comme ici, on ne peux pas sentir autre chose. Un magnifique temple (ne le cherchez pas on ne le voit pas sur la photo, il est encore plus haut), immense, avec de vieux arbres et de la verdures luxuriante, au milieu de gratte ciel serrer comme des sardines, ne datant pas forcement de la dernière décennie. Ça implique forcement un ensemble de bâtiments religieux extrêmement vieux, épargné par un miracle japonais, pendant la poussé des habitations modernes. D’ailleurs, pour trouver ces marches, il faut savoir qu’elles sont là ! C’est caché entre deux petites rues il est presque impossible de tomber dessus par hasard. Les amateurs et amatrices de manga ou d’animés auront remarqué la multitude de câble téléphonique et autre, qui nous rappelle indirectement qu’on risque a tout moment de sentir la terre trembler (C’est a cause de cette activité sismique qu’ils ne peuvent pas tout enterrer, contrairement a nous)

Japan 2014Un petit exemple parmi des milliers d’autre, de ce qu’on peut trouver dans les recoins des temples. J’ai juste envie d’être une prêtresse et d’y passer ma vie. Ils financent l’entretient des temples en vendant des supports pour leur prière, les plus connu étant ce genre de tablettes, mais ça peut tout aussi bien être une peluche, un ruban, ou autre. Certains temples ont leur propres particularités, et c’est assez sympa de tomber sur autre chose que des tablettes au bout du 20° temple.

 Japan 2014 Japan 2014On passe encore a tout a fait autre chose, le seul restaurant qui m’a vraiment laissé un mauvais souvenir malgré le décor typique qui m’a enchanté, et qui m’a donné une leçon qui m’a servis pendant tout le reste du séjour : Ne pas commander si le nom des aliments n’est pas clairement inscrit sur la carte. Du genre « toutes sortes de thon ». Si c’est juste « Toutes sortes de sashimi », je passais mon tour. J’ai commandé ce qui s’est révélé être une sorte de « Chirashi du jour », donc pas du tout ressemblant a la photo sur la carte puisque changeant tout les jours. Je me suis retrouvé avec tout ces petits poisson dedans. Certes très appréciés des japonais, mais détesté de moi. C’est minuscule (vous voyez les grains de riz a coté), ça n’a aucun gout particulier peut être un petit gout de sel a la rigueur, ça peut aussi être parfois jaunâtre. On dirait juste de longs vers. Non vraiment, très peu pour moi.

 Japan 2014 Un petit panorama au passage.

   2014-09-15 07.49.06 2014-09-15 07.50.20 2014-09-15 07.51.09Notre hôtel a Kyoto, un fabuleux Ryokan « Gion Hatanaka » avec des chambres qui ressemble plus a des appartements. Salle de bain (avec baignoire en bois s’il vous plait) et toilette privée qui s’ouvre toute seule quand on ouvre la porte, petit balcon avec vu sur le temple d’en face (tant qu’a faire), bref, que du bonheur. On aurait pu techniquement demander un diner avec spectacle de Geisha, c’était un de leur lieu de travail, mais  ça coutait juste un oeil et demi. Tout les matins quand on partait, quelqu’un venait enlever nos lit et remettre la pièce en mode « salon » en remettant notre table et nos chaise au milieu, en remettant de l’eau glacé, et des friandises de bienvenue. En fin d’après midi, c’était le contraire, on venait la remettre en mode chambre. On était comme des coq en pâte.

2014-09-15 01.46.552014-09-13 06.40.472014-09-15 09.47.07 2014-09-13 07.29.58

Japan 2014 Ah ! Kyoto ! Une des choses que j’ai préféré dans le séjour même si c’était tendu niveau douleur au pieds. Il y a beaucoup moins de metro qu’a Tokyo puisque plus petit. Mais du coup c’est aussi bien plus beau, puisqu’on arrive a tomber sur de petites rues avec des maisons traditionnelles, souvent superbes pour nos yeux d’européen. Hormis l’architecture typique bien sur, il y a aussi leur habitude a aménager le peu d’extérieur qu’ils ont avec un gout sur et traditionnel. Ça aussi ça fait parti des choses que je regrette amèrement de ne pas avoir photographier. Il y avait parfois de mini jardins aménager sur a peine 40 cm sur 40 pour les plus grand, avec fontaine, rocher et sable zen. Tout ça a l’entrée, donc a même la rue, autant que ce simple arbre en pot sur la photo. On voyait aussi souvent certaines petites affaires a même la rue, des pots en terre, des chaises en bois, tout ce qu’on peux imaginer posé dans le coin d’un jardin lambda. Sauf que là, vous tendez la main vous pouvez le prendre. Cette confiance en l’humain était extraordinaire, et surtout parfaitement justifié là bas.

Japan 2014Je passe vraiment du coq a l’âne dans cet article, mais ce n’est pas facile de faire le tri dans tout ça, j’ai presque l’impression d’avoir vécu tout ça le meme jour, j’ai du mal a me rappeler l’ordre. Ici on voit les « tori » du Fushimi Inari. Grand temple où on peux faire poser des Tori, donc ces portes rouges, pour  nous porter chance moyennant un petit (gros en fait) don. On dit que l’entreprise Nintendo en a fait posé un, mais vu le nombre de portes (plus de 10 000), et les Kanji a déchiffrer, on allait pas le chercher. Ce sanctuaire est apparu dans le film « Mémoires d’une Geisha ».

Japan 2014Un des temples les plus sublimes que j’ai vu. De toute façon moi si on a l’impression que la nature a tout les droits, qu’il a de l’eau et des recoins secrets, je kiffe. J’ai juste envie de me poser sur cette pierre entre terre et eau a gauche, et de causer méditation avec les carpes.

Japan 2014Un peu moins de beauté et de joie pendant notre passage a Hiroshima. Non seulement il n’y a plus ou moins rien a y faire, mais la seule chose a voir c’est ça. Le dôme d’Hiroshima. C’était un grand bâtiment d’exposition. Si il est devenu le symbole de la célèbre bombe d’Hiroshima, c’est parce que c’est le bâtiment le plus proche de la cible prévue de la bombe, étant encore techniquement là. Les autres n’ayant bien sur pas résister a la bombe. L’atmosphère était un peu lourde, on se rend compte que même sur place, notre cerveau ne peux pas imaginer la scène. Mais ce passage a Hiroshima n’avait qu’un seul réel but, passer la nuit pour aller ensuite sur l’ile de Miyajima.

Japan 2014Japan 2014Ah ! Miyajima … L’ile fantastique des daims et d’un des célèbres Tori dans l’eau. Ce n’est pas celui qu’on voit souvent, entièrement dans l’eau avec un horizon entièrement vide derrière lui. Mais il reste impressionnant et mystique. Quand on est arrivé le matin par bateau le Tori était sur la plage. Et la plage était d’une jolie taille. Sur cette photo, c’était la fin de l’apres midi, et la marée avait fait son effet. Se dire qu’on a traversé la plage devant ce Tori quelques heures avant, c’est vraiment étrange. L’ile en elle même est très belle, pleine de verdure, de recoins, de mini temple.

  Japan 2014 Il a fallu attendre le dernier voyage en Shinkansen (le TGV japonais) Kyoto – Tokyo pour enfin apercevoir le grand, le fabuleux, le magnifique, le grandiose Mont Fuji. Je l’attendais avec impatience, les nuages nous le cachait a chaque fois qu’on essayait de monter sur un point de vue. Mais il était là, je l’ai mitraillé. Je n’ai pas vraiment réussi les photos de lui, mais elle n’ont pas de prix pour moi. Ce Mont Fuji, c’est comme une divinité dans mon esprit. Il faut dire qu’il est tellement grand, j’avais l’impression qu’il flottait dans le ciel, au dessus de la ville qu’on voit. Je n’arrivais pas a croire qu’il était si grand, si énorme que je le voyais en fait de très loin… Ça ne m’étonne plus qu’on puisse le voir aussi bien et aussi grand de tant d’endroit différents et éloignés du Japon.

Japan 2014 Japan 2014 Japan 2014On termine avec une petite virée a Kamakura, très jolie ville en bord de mer. avec une plage typique, c’est a dire petite, pas entretenue, sale, et de toute façon vide puisqu’ils n’aiment que se baigner a Hawaï pendant leur voyage de noce parait-il.  On a pris l’habitude de voir les arbre et la végétation sculptée, les bonsaï, ils gèrent. Mais cet arbre là quand même c’est le niveau au dessus ! Ensuite petit moment Kawaii : Les petits donut en forme d’animaux qui nous ont sauvé d’un repas moyennement réussi. Les oreilles sont en fait de petites noix sous le glaçage. C’est tout mimi. Un « champs » de nénuphar. Apparemment sauvage (mais avec tortues, carpes, et canard), on en voyait souvent. C’était devant une crèche ou une école maternelle, pas de barrière, rien. Les enfants japonais sont sages et disciplinés on dirait.

 Voilà pour les plus belles et les plus explicites des photos que j’ai ramené de ce fabuleux voyage au Japon avec mon meilleur ami. J’espère vous avoir un minimum transmis mes emotions. C’est encore trop frais pour que je puisse juger si une photo sera intéressante pour vous ou au contraire très ennuyeuse, mes souvenirs parasites un peu cette réflexion.

Et vous savez quoi ? Si on me demandait de reparti maintenant, là tout de suite pour 12h d’avion … je crois que j’irais.

Publié dans Coup de coeur | Marqué avec , | 10 commentaires

Apéro Beauté 2014 Toulouse

Me voilà toute fraichement revenu de la soirée Apéro Beauté, le Weleda Bioty Tour.

Encore cette année, ce fut un événement bien réussi, plein de chaleur et de joie (et de grignotage, forcement). Ça s’est fait au salon Michel Ortega dans le centre ville de Toulouse. Dans une rue où je passe presque toute les semaines, mais qui est ce genre de rue où on ne voit que les boutiques qu’on connait déjà. D’ailleurs j’ai été surprise en découvrant un lieu si grand et si beau alors que la devanture, certes plus classe que le Subway pas loin, laissait pensé a un salon de coiffure lambda.

Mais que neni, non seulement c’est immense, mais c’est aussi superbe avec lustres et décorations brillantes (mais pas vulgairement bling bling), et … un piano ! J’ai entendu pendant la soirée que sa présence n’était pas du a l’apéro beauté, mais qu’il était la tout le temps. Le pianiste pendant la soirée semblait un peu perdu, personne ne semblait lui prêter attention. C’était pourtant bien agréable et ça apportait un gros plus a la soirée, ce que je suis d’ailleurs allé lui dire des que j’en ai eu l’occasion. Par contre j’ai du mal a l’imaginer pendant un jour normal dans ce salon. Ça doit faire bizarre d’attendre que sa couleur prenne, avec un pianiste qui fait son taf derrière (et passer devant lui pour aller aux bacs de rinçage en plus), je me demande si je serais pas un peu gêné.

Apero Beauté

Bref, c’est le genre d’endroit un peu magique où on se sent d’emblée privilégier (ou pas du tout a sa place, suivant votre style). Je n’irais pas sans avoir soigné ma tenue en tout cas, alors que je vais chez mes coiffeuses limite a moitié en pyjama (pour ma defense mon pyjama c’est une pantalon de grossesse et un débardeur tout simple, alors ça passe).

Le programme :

  • Différents ateliers a choisir a l’entrée (deux atelier par binôme)
  • Une chasse aux réponses pour un Quizz Weleda, en prevision d’un tirage au sort pour gagner … des produits Weleda.

Les partenaires : Weleda, bo.ho et Michel Ortega pour le coté beauté, et Vaïvaï, Bisson, et TooGood pour le buffet

Apero Beauté

On a choisi les ateliers Massage et Coiffure. Mais il y avait aussi maquillage, bar a ongle (les deux avec du matériel Bo.Ho), et un atelier mystérieux dont je n’ai entendu parler qu’a la toute fin, et qu’on ne m’a pas proposé au moment du choix : Massage du cuir chevelu. Je m’en serais rappeler si on me l’avais proposé, tout simplement parce que je suis tellement fan de ce massage que je choisi mes salons de coiffure en fonction de ça. Si y a pas, j’y vais pas. Bon sauf dans ma campagne albigeoise où je n’ai pas le choix du tout (qu’un seul salon a moins d’une heure de marche).

L’atelier massage Weleda, c’était pour les mains. D’habitude on vous masse les deux bras et les mains. Ça permet de ne pas repartir avec un bras ultra détendu, avec des fourmis de bien être, et l’autre qui est jaloux et attends son tour qui n’arrivera jamais. Ce n’est pas super agréable. Justement cet atelier ne prévoyait qu’un seul bras. MAIS ! Parce que y a un sacré mais, c’est qu’il y avait aussi une parti apprentissage ! On nous a massé un bras bien comme il faut, en nous expliquant tout (et c’était juste trop bon), puis ça a été notre tour de masser. Moi j’ai massé l’animatrice (quel dur métier que de bosser chez Weleda et de se faire masser toute la soirée), en suivant les instructions. Du coup, je sais maintenant faire un massage des bras efficace. Pendant d’autre événements, j’avais déjà regardé comment elles faisaient pour le faire a mes hommes, mais c’est vrai que les explications et les commentaires étaient vraiment bienvenu, j’ai beaucoup appris. Ce petit exercice dont j’ai profité a fond pour apprendre le moindre geste, a fait que finalement mon autre bras n’a pas été si jaloux que ça. J’ai bien plus apprécier l’apprentissage que le massage pourtant très efficace.

Apero Beauté

Ensuite l’attente, l’attente, et l’attente. L’atelier coiffure a en effet eu un peu de retard sur le planning. Une bonne demi heure d’attente en plus d’attendre notre heure de passage, en rigolant avec le binôme d’avant, et le binôme d’après, et c’était a nous.

En attendant nous sommes passé par la case buffet. Des biscuits Bisson et des chips de soja Toogood, ainsi que de l’eau de coco nature ou aromatisé Vaïvaï. J’étais très enthousiaste a l’idée d’enfin gouter l’eau de coco, même si pour moi ça n’a aucun vrai intérêt gustatif comparé a l’eau, ça me plaisait beaucoup d’y gouter. Et bien j’ai été très déçue. Des la première gorgé j’ai eu envie d’arrêter. Je l’ai a peu près fini parce que je déteste le gaspillage, et que pour moi quand on ouvre quelques chose, on le fini. Mais je me forçait vraiment, il y avait un arrière gout tres désagréable, pas du tout le gout de coco auquel je m’attendais. J’imagine que les autres produits de la gamme, qui avait un gout de fruit était meilleur. Malheureusement les briques sont très vite partie. A croire que tout le monde savait deja ce que donnait la chose en version nature. Par contre coté biscuit Bisson et chips Toogood ça a été tout le contraire. Je suis en train de tout simplement chercher activement a les retrouver. Surtout les chips au soja au gout si intense, si bon ! Le genre de petite chose où on fini le paquet sans s’en rendre compte et où on se leche les doigts pendant 15 minutes apres l’avoir fini. Et tellement pas écœurant en plus, ce qui est rare. Coté calorie c’était raisonnable, 85 calories les 12 ou 15 chips (indiqué sur le paquet). Nous avons convaincu une participante de gouter la version BBQ qu’elle pensait trop forte comme dans les chips traditionnelle, et elle m’a convaincu de gouter la version tomate herbe que je pensais sans gout et pas du tout intéressante.  Nous avons toute les deux finalement adoré. Et je dois dire que cette version que je boudais au début est devenu mon second gout préféré des trois. Le premier étant la version BBQ bien sur, puisque ça fait parti de mes gouts préférés en général. Coté gâteau, pensant a l’apport calorique je n’en ai gouté qu’un seul, gout caramel. Il y avait aussi spéculos, pur beurre, cranberries. Et là aussi j’ai trouvé un gout intense de caramel contrairement a l’habituel biscuits trop sec et sans gout a l’arrière gout vaguement caramélisé.

Apero Beauté

Le temps de chopper un verre d’eau, et c’est mon tour pour la coiffure. C’était bien sur l’équipe du salon hôte qui était au travail. Beaucoup de coiffure se ressemblaient, mais en même temps dans ce genre d’événement les coiffeurs n’ont pas vraiment le choix que de faire du simple et efficace. Ils ont 15 minutes en moyenne par personne, ils en font 30 dans la soirée, et certains cheveux sont moins coopératif que d’autre. D’ailleurs les miens étaient « glissant » si j’en crois ma gentille coiffeuse. Fraichement lavé et en relative bonne santé donc tres lisse, c’est peut être pour ça. Mon seul mauvais moment : Elle avait tendance a « mal viser » et a essayer d’enfoncer les épingles dans mon crane au lieu du chignon. Mais c’était pas bien méchant.

A la sortie, on nous a offert une petit poche avec entre autre un code a rentrer sur le site Apero Beauté. Ce code pouvait nous faire gagner des produits Weleda ou Bo.Ho, le mien était bien entendu perdant. Nous sommes aussi reparti avec un paquet des gâteaux tant apprécier au buffet, mais avec des gouts complétement différents, histoire de gouter et de connaitre vraiment toute la gamme.

En résumé, cet événements était vraiment très réussi et j’ai hâte de pouvoir m’inscrire a la prochaine édition. Encore une fois on s’est fait chouchouter et les organisateurs étaient très chaleureux malgré la succession d’Apero Beauté qui doit être bien crevant. Toujours souriants, même gourmand pour certains (on était pas les seules a adorer les chips au soja gout BBQ), ils faisait tout pour nous faire sourire a notre tour.

L’an prochain, inscrivez vous !

Publié dans Blabla | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Nail art Annie aime aussi les sucettes a la cerise

 Aujourd’hui, je vous montre mon dernier nail art en date. Avant mon départ au Japon, mon coloc est parti bosser a Cordes, cité que j’adore par son atmosphère ancienne pleine de secret et d’histoire. C’est le genre d’endroit où si j’osais, je resterais toute la journée a me balader, voir a tourner en rond, dans la cité en tenue médiévale et a m’y croire. J’aime imaginer ce qui était là avant, comment la vie s’y passait avant, quel galère ça devait être de monter ces saletés de rues pavés avec un attelage …

Bref, ils savent que j’aime Cordes, donc ils me rapportent toujours un petit quelques choses. C’est pas loin de chez nous, mais la route est tellement peu agréable que la dernière fois que j’y suis allé c’était il y a au moins 6 ans.

Cette fois ci, on m’a donc ramené des petites choses sympathiques a déguster. Parce que quand on connait pas Cordes on s’en doute pas, mais y a le musée du sucre là bas. Oui oui.

Entre les croquant de Cordes, des chocolat de Yves Thuries (qu’on a a Albi aussi remarquez), et les sucettes géantes, y a de quoi se gâter quelques dents !

Et justement, parmi ces petites douceurs il y avait (notez que j’en parle au passé) une sucettes géantes au citron. Tout de suite, j’ai eu une envie aussi soudaine qu’inexplicable de m’en inspirer pour un nail art improvisé.

La peinture Prince Auguste et les Vernis Kiko et O.P.I sont mes amis. Je me suis pas prise la tête c’est entièrement fait au feeling du moment rien n’est calculé.

nail art

Au départ j’avais fait les sucettes sur l’accent nail blanc. De petits ronds rose, une spirale blanche en caressant tout doucement avec la pointe du pinceau, et on est bon. Mais il manquait quelques chose, alors en faisant les tiges, j’ai eu envie de rajouter des petits pois par ci par là, toujours avec la pointe du pinceau. Ils n’illustrent rien en particulier, juste de la déco qui rempli un vide qui me gênait.

Mais ça suffisait toujours pas. Je n’aime pas peindre un des ongles « non accent nail » d’habitude, je trouve que ça déséquilibre la chose et que ça appelle a le faire sur tout les autres ongles et donc a finir avec un nail art tres lourd. Mais c’est ce qui arrive quand on fait un nail art au feeling, on ne réfléchis pas a ce genre de chose. On fait.

nail art

Donc un gros pois rose pour la grosse sucettes, j’ai du repasser plusieurs couche parce que sur le vernis foncé, fatalement, ça ressortait pas assez. Un petit coup de blanc pour faire le reflet et donc donner du relief a cette délicieuse sphère a la cerise (oui, j’ai décidé qu’elle était a la cerise), la tige et …. non ça allait toujours pas. J’ai fini par ce petit halo violet qui fait presque la transition entre le fond violet foncé et ce rose sucette. Et ne me demandez pas pourquoi, j’ai rajouté quelques rayon blanc.

Finalement, je trouve ça plutôt pas mal, je suis assez fiere de ma sucette a la cerise, surtout de ce petit reflet que je trouve assez réussi pour mon niveau. Et le fait qu’un des ongles foncé soit nail-arté ne me dérange pas tant que ça maintenant que c’est fini.

  nail art

Publié dans Onglerie | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Nail art fleur de cerisier inspiration tatouage version 1

nail art

Bon aujourd’hui je vais vous montrer du moche. Pas du joli  où on aurait pu faire mieux, et où on se dévalorise par déception, non non, du vrai moche.

En plus, je me suis aperçu trop tard que mon pinceau était foireux. J’étais parti du constat que j’avais perdu la main, mais en piquant un pinceau a un des coloc, j’ai plus eu aucun soucis sur un autre nail art. Comme quoi …

Bref, je me suis basé sur un tatouage que je trouve formidable, et qui inspirera probablement le mien si je saute le pas un jour. J’aime cette idée de tatouage en deux partie. Pourquoi ne pas imaginer que les pétales du bas sont pour tout le monde (quand le tee shirt remonte en se baissant par exemple), et que toute la branche n’est que pour monsieur. Comme la partie immergée de l’iceberg. Bon le fait est que là, il suffit d’un dos nu pour voir la branche, mais je trouve cette idée de partie caché visible seulement en intimité totale particulièrement séduisante.

En réfléchissant au motif du tatouage que je voudrais, la première chose qui me viens a l’esprit c’est les fleurs de cerisier en mouvement, un peu aérien avec des pétales qui tombent. Quand j’ai vu ce tatouage j’ai bugué dessus. J’aurais pu le dessiner moi même (si j’avais pu dessiner autre chose que des gribouillis)

fb500e7aa28ed395936bd97cac4457b4

Bon, place au nail art maintenant.

Je ne suis pas chez moi, je n’ai pas mes vernis. J’en ai actuellement 4 avec moi sans compter une base et un top coat. Autant dire que si j’ai envie de faire un truc, j’ai pas le choix c’est peinture ! Comme d’hab j’ai piqué les peinture pour figurine des coloc, qui marchent très bien pour peu qu’on ai pas envie de faire du one stroke (trop fluide et liquide pour ça).

J’ai commencé par la branche en violet foncé sur l’accent nail blanc OPI Alpine Snow puisque j’avais déjà mon Kiko 245 a paillettes. Pour ce choix je suis assez contente, meme si la peinture est matte et sans paillettes, ça ne choque pas je trouve.

nail art

Ensuite j’ai commencé a foiré le prélèvement de peinture rose. En fait ce genre de peinture il faut vraiment bien la remuer pour que tout le pigment se mélange au produit liant, et donc avoir la vrai couleur. Là je ne l’ai pas assez, mais du coup ça m’a permis d’avoir 2 voir 3 nuances de roses avec le même flacon. Les fails, ça a parfois des cotés positifs.

Du coup j’ai placé quelques fleurs et quelques pétales en rose pale, puis en rose medium, puis en fushia. Malheureusement, ça se voit pas … Comme on voyait tout de même beaucoup les branches foncés, ça faisait étrange, j’ai essayé de mettre des fleurs par dessus pour voir les branches par transparence. Sauf que la peinture rose est transparente … Alors il a fallu pleiiiiiiiin de couches.

D’ailleurs, ça n’a jamais séché ! Les pétales du bas se sont souvent fait la malle avant que j’arrive a prendre le temps de faire une photo, j’ai du les refaire plusieurs fois.

  nail art

Publié dans Blabla, Onglerie | Marqué avec , , | Un commentaire

Je teste le coloriage pour adulte / anti-stress

Cette folie du coloriage pour adulte (ou le coloriage anti-stress, ça fait plus sérieux) m’a toujours laissé pantoise. En fait c’est surtout le prix des bouquins qui me laissait loin du phénomène, et a l’époque il n’existait pas vraiment de moyen d’avoir des coloriages complexe a bas prix.

J’adorais colorier quand j’étais gamine, c’est d’ailleurs ce qui m’a longtemps donné une réputation de petit ange partout où j’allais (mouhahahaha … les fous …), qui m’a donné le gout des couleurs et de la créativité. Seulement en grandissant on en fait le tour. Entre la cible exclusivement enfantine et la difficulté toute relative, on vous pousse a ne plus en faire. « Tu es idiote où quoi ? Tu n’a plus l’age de faire ça voyons ! » Oui, l’ouverture d’esprit de mon entourage est elle aussi toute relative.

Cependant, j’aime tellement manipuler les couleurs, et je sais tellement pas dessiner quoique ce soit, que je ne pouvais pas passer a coté indéfiniment non plus. « C’est anti-stress vous dites ? Ok j’en ai donc BESOIN pour mon voyage en avion ». Tant pis pour les grincheux et leur « mais t’as quel age ? ». J’ai retrouvé un plaisir que je considère avoir perdu pour rien a cause d’un manque d’offre adéquate. Parce que oui, je le dis maintenant que j’ai essayé, j’adore. Je kiffe. Je suis fan. J’adhère.

coloriage pour adulte / linart

L’envie de sauter le pas m’a été donné par quelques photos sur Intagram, l’imminence de mon vol, et le stress grandissant. Mais je suis plutôt du genre a toujours chercher le moins cher, voir le gratuit. Maintenant que la mode s’est un peu plus développé, on en trouve des tonnes sur le net ! Je vous conseille surtout de les chercher sur Pinterest, où ils sont plus facile a voir et a télécharger. Il y a des tableaux entier consacré a cet art, j’en ai moi même créer un du coup ICI, histoire de me faire une petite banque de motifs. Vous en trouverez en cherchant tout simplement « coloriage adulte », ou avec la version anglophone « adult coloring pages ». Un autre intérêt de chercher les coloriage sur le net est de pouvoir visualiser certaines pages des bouquins en vente, et donc se faire une idée si on va aimer ou pas sans avoir a se déplacer. Dans ces cas là, les images sont trop petites pour les imprimer, mais en même temps ça ne serait pas honnête.

Je vois par contre maintenant un petit intérêt a avoir un bouquin plutôt que des feuilles volantes imprimés. Déjà c’est joli un livre, surtout quand il est bourré de vos couleurs, j’ai réellement envie de l’ouvrir, d’en prendre soin, de ne pas foirer mon coloriage, ect. Les pages peuvent être aussi plus ou moins épaisse, donc parfois plus adapté si vous souhaitez utiliser des feutres (bha oui, ça traverse les feutres). Est-ce que ça justifie le prix ? Je n’en suis pas sure. Si les dessins que j’ai croisé en feuilletant les livres dans le magasin sont magnifiques, et réellement adaptés pour les adultes et la concentration, on peut en trouver quelques un du même acabits (vous trouvez pas que je cause bien aujourd’hui?) gratuitement sur Pinterest ou ailleurs, alors après tout … Néanmoins je pense que je vais collectionner les livres, histoire d’encourager et de soutenir le mouvement, et par la suite compléter ma collection par les gratuits quand j’aurais fait le tour des livre existants. Pour le moment j’ai pas le choix j’ai pas accès a une imprimante avant le départ donc ça sera livre.

Mais parlons maintenant de l’objet, des outils, des résultats.

Oui ça détend. Je sais pas si ça sera suffisant pour le voyage en avion et donc un stress particulièrement intense, mais au sol ça m’aide déjà pas mal. Le fait est qu’on doit se concentrer sur les zone a colorier, donc on oublie un peu ce qui nous entoure, l’heure, ect. Perso ça me permet aussi d’oublier l’heure quand il me reste encore 2h30 avant de pouvoir penser a manger, alors que j’ai déjà une dalle monstre qui me fait regarder ma montre toute les 3 minutes.

Je prends ça assez au sérieux et je ne me contente pas de colorier simplement une zone avec une couleur. Non j’essaye de faire des dégradés de 2 voir 3 couleurs, des mélanges. Je n’ai pas beaucoup de couleurs disponible, je ne veux pas trop charger mon bagage en soute, du coup je dois jongler avec mes 12 amis, pour faire un truc potable avec des couleurs qui claquent et qui ne soient pas trop répétitives. Les dégradés aident énormément pour faire ça.

Ce que j’utilise, c’est tout simplement ce que j’ai trouvé en meilleur rapport qualité prix au moment où j’ai acheté mon livre : Des crayons de couleur Faber Castell, marque que j’aime beaucoup. J’ai aussi une botte secrète, une gomme ultra fine Mono Zero qu’utilisent certains illustrateur, elle est trouvable dans certains magasin de loisirs créatifs et d’art (pas mon Cultura par contre), parce qu’a 28 ans je dépasse encore si c’est trop petit! Ouais ouais! Et bien sur, le bouquin. J’ai longtemps hésité entre deux. Le Jardin Secret, ou les Forets Féerique. J’ai choisi le premier parce que j’ai voulu privilégier le poids, mais j’aurais du en faire abstraction finalement ce n’était pas très utile.

coloriage pour adulte / linart

Et voici la première page, la première œuvre, mon entrée en la matière :

coloriage pour adulte / linart

Non je n’ai pas renversé mon eau aromatisée dessus, je ne voulais pas montré mon nom, voilà tout

coloriage pour adulte / linart

Les autres œuvres commencées n’étant pas encore finies, je préfère ne pas les montrer pour l’instant. Et a vrai dire quand j’ai pris ces photos je pensais avoir fini cette page … Mais non, il y a une petite fleur récalcitrante que je n’avais point vu ( a force on voit plus l’ensemble du dessin)

J’ai essayé de travailler au mieux mes dégradés, et surtout d’en faire le plus possible même sur les toutes petites feuilles. Et je dois avouer que je suis assez fière de moi et du résultat pour cette première page. Vu le peu de couleur que j’ai, je ne pensais pas pouvoir obtenir tant de différence entre les fleurs, et tant de vie. Le fait que j’ai voulu faire des dégradé m’a obligé a m’orienter vers les crayons de couleurs et non les feutres (je ne suis jamais arrivé a en faire quoique ce soit), j’avais un peu peur que les couleurs soient fades, mais finalement en insistant bien elles sont au contraire très satisfaisantes.

La durée de vie est assez impressionnante puisqu’on met un temps fou a colorier le moindre feuillage. Et c’est là que le prix (même si 12€ c’est … 98 francs !) peut éventuellement être oublié. Je m’éclate sur mon bouquin, mais je sais très bien que dans 4 jours je risque d’être toujours sur les 2 pages où j’en suis aujourd’hui. Et il y en a plus de 90 a colorier.

Non vraiment, essayez.

Publié dans Blabla, Coup de coeur | Marqué avec , | 5 commentaires

Les tresors gourmands du Japon

Vous le savez surement si vous me suivez sur les réseaux sociaux, je suis une adepte des friandises asiatiques. C’est donc avec un bonheur rarement dissimulé que je fais parfois une commande sur le site du diable : CandySan

Je commande rarement a cause des frais de ports. En effet c’est au poids, et si pas mal de mes friandises préférés sont légères, plus on en prends plus ça monte. Et ce n’est pas facile d’arriver a se contenir sur les quantités. Surtout que les rupture de stock ne sont pas rare, j’ai donc tendance a essayer de prendre tout le stock quand j’en trouve.

Ceci est une vieille commande, mais ma dernière en date. Beaucoup de produits ont été commandé pour tester, je ne connaissais absolument rien de tout ça, c’était la totale découverte. Et finalement, j’ai pratiquement tout aimé, je surveille même certains re-stockage !

D’ailleurs cet article est là pour vous parler de mes préférés, au cas où vous auriez envie de vous laisser tenté par une commande.

CandySan

Parmi ces produits, mon gâteau préféré entre tous : L’Oreo Chocolate Pie, fourré a la guimauve. Mieux qu’un Oréo en fait, ce n’est pas un biscuit mais bien un gâteau, c’est une espèce de génoise. Ce qui pour moi est juste fabuleux. C’est tellement moelleux et si savoureux que je les fait durer (il m’en reste un, je n’ose pas le manger) et que j’espère très fort pouvoir en trouver au Japon.

C’est gros, c’est mou, c’est bon, c’est délicieux et même pas écœurant.

Oreo CandySan  Oreo CandySan

Pour l’apéritif je vous propose Cheeza. C’est un petit gâteau apéritif croquant, en forme de triangle/part de pizza/tout ça. La petite particularité de ce produit, c’est que le 53% que vous voyez inscrit sur le paquet c’est le pourcentage de fromage dedans, du vrai fromage. Et je peux vous dire que ça se sent bien ! Non pas que ça sente mauvais, mais en bouche c’est une véritable explosion fromagère, pourtant pas du tout agressive, que du bonheur. Le gout est tellement intense que j’en ai parfois mal aux gencives.

 Il y a plusieurs gout proposé, Gorgonzola, Camembert, Cheddar … Ils ont sorti des version pizza ou crevettes, mais le pourcentage descend a 30% (ce qui est déjà beaucoup quand on voit le pourcentage de nos gâteaux apéritifs)

CandySanCandySan

Si ça ne vous suffit pas, vous avez aussi les très originale bâtonnet de riz soufflé Umaibo. Outre le format qu’on a pas vraiment l’habitude de voir dans le rayon apéro (et qu’on n’attends pas a voir dans un pays qui mange aussi sain et en petit quantité), c’est les gouts qui font que ce produit est intéressant. Les gouts originaux, intense et extrêmement réussi ! Le stick a la biscotte beurre a vraiment gout a la biscotte beurré (en plus avec la texture c’est tout a fait ça), la version salami aussi, la version crevette mayonnaise aussi ! Bref c’est vraiment reussi. Vous avez aussi gout salade d’oignon, poulet curry, ou encore langue de boeuf. Les nouveautés ne sont pas rare. Comme pour les chips, c’est dans la poudre que tout se joue, c’est donc un produit qu’il faut manger dans son emballage sous peine de se retrouver les mains pleine de poudre, et de passer son temps a se les lécher goulument.

CandySanCandySan

Parmi les produis que j’ai mis du temps a me décider a commandé, il y avait la Viande Seché au poivre Gyu Gyu.

C’est filandreux, c’est poivré, c’est sec, et ça a un sacré gout de reviens-y. Moi en tout cas j’ai adoré. Pas assez gout de viande pour mes hommes, mais c’est tout de même bien parti meme sans moi ! J’en avais pourtant pris 10 paquet (tout le stock en fait).

Vous avez aussi les versions Poisson séché, calamar séché ou encore algue !

CandySanCandySan

Ceci, c’est ce que je mange le plus. Je serais même prête a faire une nouvelle commande entièrement composé de ces petites barres. Ce sont des barres a mâcher, une sorte de barre de bonbon Kréma en sommes. Ça s’appelle les Gaburichuu

Les Kréma c’est mon pécher mignon. J’ai parfois des crises de sucre où je ferais tout pour en avoir un seul. Alors ces barres sont géniale pour moi.

Le soucis avec les bonbons a mâcher japonais, c’est leur texture. Ils sont souvent une texture trop molle, ou trop gélifié par rapport a nos pâte a mâcher (Ce qui leur permet de pouvoir mettre des billes d’un gout différent ou pétillant dans un bonbon remarquez), ceux là, ils sont très bien. C’est la meilleure texture que j’ai trouvé, et ça aussi, si je pouvais en trouver quelques uns pendant mon voyage, je cracherais pas dessus !

CandySan

Et petite umeboshi dans l’Onigiri, il y a un système de parrainage ! Alors si vous commandez, n’hésitez pas a m’inscrire en marraine en utilisant ce lien : http://www.candysan.com/?s=0840602

Publié dans Coup de coeur | Marqué avec , , | 8 commentaires

Tosowoong et Hadalabo, le miracle venu d’ailleurs

En terme de soin visage je suis un cancre.

Je vis dans un environnement pas du tout propice ni a la détente, ni au soin, encore moins au cocooning. Sans parler du fais que vivre chez ses parents, revient a ne plus pouvoir sortir de sa chambre a partir de 22h sous peine de les réveiller. Et pour moi, un soin ça doit être précédé d’un nettoyage minutieux, et suivi de l’heure de dodo (plus ou moins hein), donc j’ai besoin d’eau et d’un évier, donc de la salle de bain parfois un peu tard.

Hadalabo Tosowoong

A force de me faire avoir par l’heure, j’oublie carrément que j’ai des soins et que je dois soigner ma peau.

Mais heureusement, depuis peu je passe beaucoup de temps hors de chez moi qu’avant, parfois une semaine entière (j’ai des amis trop chouette). Et le fait est que ça m’a fait prendre conscience de tout ça. En effet, depuis que je vais là bas aussi souvent, non seulement je prends plaisir a prendre du temps pour ma peau, mais elle me l’a tout de suite rendu.

Quand on est la seule a se coucher avant 1h du mat, ça aide.

Du coup j’ai eu envie de repartir sur de bonne base, avec de bon produits, bien adapté a ma peau et a mes besoin. Ni une ni deux je suis allé toqué chez Aya19th, la seule en qui j’avais entièrement confiance. Elle sais toujours tout en ce qui concerne la peau et ce que les produits peuvent lui faire de bien ou de mal. Si ça rate, c’est que TU as merdé quelque part.

J’avais assez confiance pour commander sur 2 sites que je ne connaissait pas, avec de possibles frais de douanes, des produits que je n’aurais jamais acheté moi même et bien plus cher que mes achats habituels, sans même rechigner.

Une brosse Tosowoong (ICI par exemple) et le Nettoyant mousse Hadalabo (que j’ai pris ICI)

On m’avait dit, « la Tosowoong il faut pas l’utiliser tout les jours, ça décape en douceur mais ça décape ».  Quand on voit la brosse on ne peux que se dire « mais qu’est-ce qu’elle raconte, elle a une peau en sucre ou quoi ! Meme une licorne angora c’est moins doux que ça ! » Du coup on le fait tout les jours.

Une petite photo des poils tout sec en passant, tellement difficile en prendre en photo qu’il faut mettre un doigts dedans. Sinon c’est tellement bien rangé qu’on a du mal a voir les poils. Mon appareil m’a sorti des zone jaunâtres sur mes photos, j’ignore pourquoi puisque elle ne sont passé par aucun filtre ou logiciel photos (a part la première pour la décorer un peu). Je vous les livre brut de décoffrage.

Tosowoong

Perso, ma peau s’est vraiment vengé au 3° jour a peine. Le second elle était déjà bien rouge d’irritation, mais ça allait a peu pres. Le 3° soir, j’ai eu des mini marque de brulure douloureuses. Alors si, ça décape bien, c’est juste qu’on le sent pas !

Par contre, si on suit les instruction d’Aya, c’est a dire laisser la peau se reposer au moins une journée, voir 2 suivant sa réaction, c’est juste miraculeux cette petite brosse ! Bon le savon aussi y est pour quelque chose, c’est un duo que je ne sépare jamais tellement je suis fan des deux.

En fait ce n’est pas un nettoyant comme les autres, c’est un nettoyant plus doux que doux, de la gamme « gokujyun » hydratante bourré d’acide hyaluronique machin truc qui hydrate, de chez Hadalabo (que je vais chercher une fois au Japon d’ailleurs, si je pouvais en ramener un petit stock …), et comme la brosse a pour fonction de décupler le pouvoir nettoyant du dit nettoyant … c’est C-C-C COMBO ! C’est d’ailleurs pour ça qu’il faut un nettoyant plus doux que doux, c’est parce que son pouvoir est décuplé, donc son agressivité aussi qu’elle a dit Aya. Moi, j’écoute.

Le résultat c’est que ma peau est douce comme après un gommage, mais pas sèche, et même pas rouge si on a espacé les brossages. La mousse est vraiment agréable, le brossage on le fait vraiment avec plaisir, on dessine presque avec. J’ai aussi moins de micro-kystes, alors que je dois tout les ans aller me les faire enlever (je les ai en voie lacté sur la tronche), et je trouve ma peau plus claire, plus saine, plus unifiée.

Comment on s’en sert ?

On mouille la petite brosse, que ça fait un peu mal au cœur d’ailleurs vu que c’est quand même tout joli quand les poil sont sec et tout doux, on l’essore parce que sinon c’est les chute du Niagara, on met une noisette de nettoyant dessus, et hop, on fait des cercles et des cercles et encore des cercles sur le visage. On a un peu l’impression de se servir d’un blaireau de barbier et de mousse a raser parfois, j’avoue, mais c’est tellement tout doux et tout mousseux qu’on s’en fiche complétement. En plus, le nettoyant a un aspect irisé nacré que je trouve assez mignon.

Voici la brosse mouillée et la noisette de nettoyant nacré.Hadalabo Tosowoong

Je vous conseille de laisser la brosse sécher a l’air libre et pendue quelques part. Sinon elle a tendance a retenir un peu d’eau au fond de ces poils et a prendre rapidement une odeur d’eau croupie. En la pendant au bouton de porte de mon placard, je n’ai plus jamais eu ce soucis.

Bref, je kiffe les long poils de licorne qui rentre dans mes pores et le nettoyant qu’elle y emmène.

Depuis, j’ai même tenté d’autre produits de la gamme Gokujyun d’Hadalabo, c’est a dire l’huile démaquillante, la lotion hydratante qui est magique elle aussi et la crème hydratante (trop riche pour mes pores capricieux, dommage)

Hadalabo Tosowoong

Pour les plus curieuse, voici la texture de l’huile démaquillante, comme vous le voyez malgré le filtre jaunâtre de mon appareil, le produit est aussi transparent que de l’eau.

Hadalabo

Publié dans Coup de coeur | Marqué avec , , | 2 commentaires

Mon premier voyage (Japooooon)

Si vous me suivez sur Twitter, Facebook, Instagram, Pinterest ou Skype, vous avez du avoir vent de cette folie qui débarque dans ma vie par surprise cette année.

Mon meilleur ami et moi sommes fan du Japon et de sa culture depuis longtemps, depuis avant qu’on se connaisse au lycée en fait. Il travaille depuis longtemps et peux donc s’offrir son petit voyage sur place tout les ans. Et il me propose systématiquement d’y aller avec lui. Ne travaillant pas suffisamment, je refuse tout les ans, le cœur lourd.

Cette année, j’ai été plus ou moins piégée. Mais dans le sens le plus agréable possible, bien sur. Pour faire court, il a fait en sorte que je n’ai aucune excuse pour refuser, vraiment aucune.

Me voilà donc partie dans les préparatifs pour un voyage que je n’avais jamais osé rêver. Bien que ça ne soit que pour Septembre, il y a de nombreuses choses a préparer a l’avance, et on y ai déjà depuis quelques mois. Par exemple si on veux visiter le musée Ghibli (juste incontournable), il faut commander les entrées 3 mois a l’avance, et donner la date et même l’heure a laquelle on va y aller ! Je trouve ça complétement dingue.

Il va sans dire que je vais essayer de ramener un stock max de produits de beauté asiat’ (et de bonbons, mais ça reste entre nous).

Ouais je vais voir ça aussi

Notre périple passera par Tokyo, puis Kyoto, Nara, Hiroshima (je l’ai pas encore dis a ma mère, radiation, tout ça), et re Tokyo pour aller au Tokyo Game Show entre autre. Autant vous dire que si je survis a l’avion, je vais voir du pays et des milliards de choses qui me feront pleurer de beauté. La chance que j’ai en plus de tout ça, c’est de partir avec quelqu’un qui connait, qui sait parler japonais, qui connait les attrape touristes et les petits bijoux cachés. D’ailleurs, j’ai pas intérêt a me perdre et a me retrouver sans lui parce que mon plan d’apprendre le japonais tombe a l’eau tout les ans depuis maintenant 6 ans. Et cette année ça ne s’est pas arrangé. Je devrais la jouer langue des signes et baragouinage en anglais. Mon anglais qui fait dire aux anglophones : « try to say it in english ! »

On a plein de temps libre a planifier encore, on va avoir le temps d’aller voir tout les quartiers les plus connu et les plus sympa. J’ai un peu peur de tous les confondre a la longue. Ils sont certes differents sur le papiers, mais quand mon meilleur ami me montre les photos qu’il a fait les années passé, je ne voit pas la difference entre tous. Mais bon, il m’aidera a trier une fois tranquille a l’hotel !

Si j’écris cet article maintenant, c’est parce que c’est aujourd’hui que j’ai vraiment réalisé que j’allais peut etre (vous allez comprendre plus bas pourquoi je dis peut etre) être en plein milieu de Ikebukuro, de Akihabara, Shinjuku ou Shibuya . Depuis Janvier, je n’y pensais pas vraiment, c’était très flou dans mon esprit. Il faut dire que j’ai une peur bleue de l’avion donc ça m’effrayait plus qu’autre chose, si y a bien une chose au monde qui mérite le terme « contre-nature » c’est bien l’avion ! J’ai réussi a me calmer, et a calmer mon cerveau au début de l’été, je voyais tout ça un peu plus sereinement. Mais c’était sans compter la série noire récente, tout ces accident d’avion que le monde vient de vivre coup sur coup, je suis de plus en plus tétanisé. Au point de ne pas pouvoir faire de projets après Septembre et de vouloir profiter des gens que j’aime a fond avant de partir, comme si je n’allais jamais en revenir, comme si je n’allais même pas passé le premier décollage de l’aller. Pour moi, là maintenant tout de suite, je ne vivrais pas mon 29° anniversaire (Et pourtant j’y vais quand même me direz vous, mon inconscient doit savoir que mon cerveau panique pour rien).

J’ai des medocs, meme si je ne pense pas qu’ils soient adapté. Je doute que mon médecin ai compris ce que je lui demandais. A coté, j’essaye de me convaincre qu’il y a des centaines de vols par jours dans le monde et que tout se passe bien, mais ce n’est pas assez concret pour mon cerveau, contrairement aux images de carcasse …

Malgré ma trouille, j’ai hâte de me retrouver dans notre chambre d’hôtel, complétement crevé de notre journée, en train de partager les photos du jour sur twitter et facebook, et mettre a jour mon carnet de voyage.

Bref, je pars pour une aventure.

Publié dans Coup de coeur | Marqué avec , | 13 commentaires

Manucure du 14 Juillet, pour le patriotisme on repassera

Je vous l’ai déjà dis dans un article précédent, le fort patriotisme que je ressentais était pitchoune est parti bien loin il y a déjà longtemps et n’est jamais revenu. Je ne pouvais donc pas vous pondre une manucure avec du drapeau en veux-tu en voilà sur fond de marseillaise massacré par des footeux.

Et en même temps j’ai envie de dire tant mieux, comme ça ça me donne un challenge, parce que sortir une manucure a drapeau c’est un poil trop fastoche a force.

J’ai décidé de faire simple, discret, portable, en toute saison. Que même si on voit bien le clin d’œil si on est le jour -J, ça passera tout aussi bien un 13 Mai.

2014-06-20 09

Sur une majorité de O’Hara, le petit bijoux rouge de Picture Polish qui même quand on a pas envie de rouge on l’aime, on trouve un petit accent nail de Lagoon, son équivalent bleu-esque. Ce sont vraiment deux vernis que j’adore, autant a cause de leur opacité de fou, que leur micro paillette flottante hors du commun. Mais c’est aussi le genre de vernis où on est obligé d’avoir pensé a poser la base spéciale vernis a paillettes qui s’accrochent : Révolution de Picture Polish.

Sur l’accent nail, j’ai posé un stamping Moyou de la plaque Française de la collection Touriste. Sur la seconde main j’ai utilisé la tour Eiffel de la même plaque, qui aurait été d’une plus grande pertinence. Mais l’effet bave que le Blanc Konad m’a offert au moment de posé le top coat, qui est d’ailleurs visible sur l’écriture, était lui aussi bien plus grand …

Vraiment, il faut que je trouve une solution pour cet énorme problème.

Sur ce, je vous souhaite une bonne fête nationale a toutes.

Publié dans Onglerie | Marqué avec , , , | Un commentaire

Sheer Tint l’O.V.N.I de chez O.P.I

Quand j’ai vu le premiers visuels des Sheer Tint d’O.P.I j’ai eu le coup de foudre. C’est typiquement le genre de vernis qui nous donne un bol d’air frais. Ils sont léger, originaux, et on en trouve pas 10 collections par marques. Soit dit en passant, j’espère que ça fera comme avec les vernis sablé : Que les autres marques suivent et nous en sortent aussi, parfois avec un meilleur rapport qualité prix, mais surtout plus de choix.

Sheer Tint OPI

Ce que j’ai vu en premier, c’est la ressemblance avec mon Cherry Pop de chez Essie que j’ai tant désiré a cause de son nom, de la couleur de ces visuels, et de mon imagination aussi grande que ma future déception. Pour rappel, c’est cette petite chose qui ressemble a un Gummy Bear liquide dans un flacon d’Essie :

images

Non seulement chez moi il est plutôt jaune orangé, mais il est aussi totalement transparent sur mes ongles. J’ai pourtant poussé le vice jusqu’a poser 7 couches. Sans aucune coloration même minime.

Après ce petit souvenir qui me rend méfiante, je tombe tout de même sur des visuels où on voit clairement les couleurs pétante, et en plus qu’elles se mélangent. L’enfant de 5 ans qui est en moi et droguée au couleurs oublie instantanément la première expérience, et j’ai attendu avec impatience la sortie de ces petits bijoux.

Sauf que je ne les ai jamais trouvé. Ni en magasin, ni en ligne. Soit ils étaient out of stock, soit ils ne faisaient carrément pas partie des références vendus, quand les vendeuses connaissaient la bestiole (Ô mon païs, Ô Toulouse … 4° ville de France ? Niveau nouveauté c’est la 4° en partant du bas)

Mais heureusement j’ai un petit ange gardien : Nail Art Easy. Après avoir lancé mon désarroi sur Twitter comme on lance sa culotte gainante après une journée a 39°C, elle m’a annoncé qu’une boutique de sa ville en vendait, et elle m’a proposé de me les envoyer. Mon caprice allait être satisfait !

Ma première expérience a été tout simplement merdique. Assez pour ranger la boite et ne plus avoir envie d’y toucher. Mon soucis était qu’il faisait des pâtés et des bulles sur mes ongles, donc aucune uniformité ni de couleur ni de texture ni de niveau ! Mon problème: il sèche trop vite. Il était donc difficile de repasser un coup de pinceau sur une zone où le vernis aurait tendance a rester trop loin du bord. J’ai du reprendre calmement le machin, avec une bonne lumière du temps et un sourire pour arriver a l’appliquer correctement et finir avec un résultat prometteur. Il faut dire que ce que j’ai vu sur les réseaux sociaux était assez motivant : J’étais plus ou moins la seule a avoir des soucis en ayant pas des contrefaçons en ma possession. Avec ce nouvel essai, je suis enfin revenu de la déception, et je les aime beaucoup.

C’est avec beaucoup de retard sur les autres que je vous montre tout ça. Je n’ai malheureusement toujours pas réglé mon soucis de stamping qui bave quand je top coat (meme 24h apres !), voir qui n’est pas opaque. J’espère que vous excuserez ce faux pas, je ne sais pas ce qu’il se passe.

En premier voici un test seul. Il m’a fallu bien 7 a 10 couches pour arriver a ne plus trop voir mon bord blanc. Cependant le temps de séchage a été monstrueux. Et je ne vous parle même pas du temps de pose des papillotes pour enlever tout ça ! Plus jamais j’en met autant.

Sheer Tint OPI

Mais il y a aussi ce que j’ai préféré: Une base blanche ou claire, des coups de pinceaux par ci par là, et un stamping par dessus. Je trouve que ça fait un superbe effet, ça donne au stamping une tout autre dimension. On peux faire du fin, du épais, une couleur par ongle, des mélange, du dégradé, tout ce que vous voulez.

Le soucis c’est que paradoxalement on tombe vite dans du déjà fait sans le savoir. Ça fait un mois que je prépare cet article et que les illustrations sont prêtes, et je suis tombé récemment sur des photos sur pinterest qui ressemblaient beaucoup a ma dernière manucure (en bien plus beau puisque ça bave pas !).

Sheer Tint OPI

Sheer Tint OPI

J’ai utilisé les 4 vernis de la gamme Sheer Tint OPI, Lady in Black OPI pour le stamping, et les plaques Moyou pour le motif. Le top coat est le top coat Poshé, mais les top coat Kiko font tout autant baver les motifs sur moi.

Le Packaging: Classique, pas vraiment d’extravagance sur ce coup là. Un simple autocollant au couleur de la collection qui recouvre tout le bouchon et une petite étiquette accroché avec un élastique a ce même bouchon. En même temps, les autres collections O.P.I n’ont jamais droit a bien plus (Sauf le merveilleux 40K bien sur). Mais est-ce qu’ils en ont vraiment besoin ? Perso c’est l’aspect bonbon gel du vernis qui m’a séduite, et il se voit tres bien dans le flacon.

La Texture: Plus épais qu’un vernis traditionnel, mais aussi un peu liquide. C’est assez étrange a décrire en tant que vernis, il faut totalement oublié la texture d’un vernis normal. C’est du gel avant tout. Imaginez un sirop très épais.

L’Application:  Tres facile quand on veux juste en faire un nail art, pas beaucoup plus dure si on veux en recouvrir un ongle entier. Une fois qu’on a le coup de main et qu’on arrive a le poser sans avoir besoin de repasser dessus pour corriger autre chose que la couleur, on s’éclate.

Opacité: Bien sur qu’on ne peux pas juger de l’opacité d’une vernis dont la qualité principale est d’être translucide.

Séchage: Une petite horreur. Quand vous avez besoin de le travailler, il sèche a la vitesse de la lumière (en fait il ne « sèche » pas, Psychosexy a trouvé le bon terme dans son article : il se fige). Mais quand le nail art est fini, là y a plus personne il prend bien tout son temps pour sécher et restera très longtemps « mou ».

Conclusion: A avoir absolument si on a pas peur des crises de nerfs en essayant de les dresser

Le potentiel de ces petites bestioles est énorme ! Maintenant que j’ai un peu dressé l’application, je vois plein de portes nail-artesques s’ouvrir a moi, autant de vrai nail art au pinceau que de simple superposition de la couleur sur une base blanche ou pas. Le mélange des couleurs est vraiment un gros plus.

Publié dans Blabla | 2 commentaires